sereineattitude

L’anxiété source de dépression ?

Les pensées négatives et le déclin cognitif sont étroitement liés. Un facteur qui augmenterait, selon plusieurs études, le risque de souffrir à un âge avancé de pertes de mémoire, de problèmes de langage, d’attention ou d’orientation, serait de tomber dans ces schémas mentaux dans lesquels la négativité est constante et chronique. Nous sommes confrontés à un fait que nous devons considérer et garder à l’esprit.

Nous savons, pour la plupart d’entre nous, que ce que nous pensons favorise ou limite notre qualité de vie. De plus, ce n’est pas seulement chaque interprétation que nous faisons de ce qui nous entoure ou nous arrive qui optimise notre bien-être ou intensifie la souffrance. Ce sont également nos sentiments et ces états émotionnels qui affectent, à leur tour, de nombreux processus neurologiques.

On ne peut oublier, par exemple, l’effet du stress chronique sur des zones comme l’hippocampe, cette région liée à la mémoire. Dans les états psychologiques où l’inquiétude est constante, ainsi que la négativité ou l’angoisse, la formation de nouveaux neurones est sérieusement limitée. Par conséquent, au fil des années, non seulement il nous sera de plus en plus difficile d’assimiler de nouveaux apprentissages, mais la connexion entre les cellules nerveuses perd également en qualité.

Pensées négatives et déclin cognitif, comment sont-ils liés ?

Nous traversons tous des périodes où l’inquiétude nous accompagne comme un nuage d’orage en été. C’est intense, mais ça ne dure pas longtemps. Après un certain temps, les choses changent, nous trouvons des stratégies pour résoudre ces problèmes et nous retrouvons la stabilité et le calme. Vivre ces situations est tout à fait normal et n’a aucun effet neurologique.

De plus, le simple fait de faire l’effort de chercher des réponses, d’être créatif et d’appliquer des ressources pour faire face aux difficultés, a un effet positif sur la santé du cerveau : nous gagnons en flexibilité et en réserve cognitive. Toutefois, le problème survient lorsque cette période d’inquiétude devient chronique. Notre concentration mentale tombe dans le tourbillon de la négativité chronique, sans voir la lumière au bout du tunnel ou le ciel à travers une fenêtre.

Si cette approche est une constante pendant la majeure partie de notre vie, le risque de souffrir de déficits cognitifs augmente. De plus, ce fait, ajouté à d’autres facteurs, augmente la probabilité de souffrir de la maladie d’Alzheimer.

L’hypothèse de la dette cognitive

Robert Howard est professeur de psychiatrie à l’University College London. C’est en 2015, suite à une étude, qu’il a proposé un concept désormais reconnu et accepté appelé : l’hypothèse de la dette cognitive. Selon cette idée, les pensées négatives répétitives et chroniques créent des dommages dans le cerveau et donc des défaillances cognitives (dettes) à certains âges.

Pour valider cette idée, un autre travail expérimental a été réalisé. Le Dr Natalie Marchant, de la même université, a suivi un groupe de 292 personnes âgées pendant cinq ans pour démontrer cette hypothèse.

Ces données sont publiées dans la revue Alzheimer.

La relation entre l’anxiété et la dépression au milieu de la vie

Nous savons que les pensées négatives et le déclin cognitif sont étroitement liés. Cependant, il y a un élément déclencheur derrière cela. Ce mode de raisonnement qui manque d’optimisme, de flexibilité, d’espoir et de créativité est le résultat d’états tels que l’anxiété ou la dépression.

C’est ce que souligne le Dr Amy Gimson à travers une recherche menée à l’Université de Southampton, au Royaume-Uni.

Troubles de l’humeur et solitude

Selon cette proposition, il est très courant qu’entre 55 et 60 ans, de nombreuses personnes souffrent de ces troubles de l’humeur souvent associés à des crises professionnelles, familiales, personnelles et existentielles. En outre, un autre facteur que nous voyons trop souvent est la solitude.

Nous façonnons une société beaucoup plus connectée, mais en même temps plus solitaire. Nous manquons de liens de qualité, nous manquons de mécanismes pour intégrer des personnes de tous âges dans la vie quotidienne afin qu’elles puissent interagir, se fixer des objectifs à l’horizon, continuer à créer des liens et nourrir des espoirs et des illusions pour l’avenir.

Tous ces ingrédients agissent comme des mécanismes de résistance à la démence et aux déficits cognitifs. Bien sûr, cela ne suffit pas à empêcher le développement de la maladie d’Alzheimer, mais cela peut en retarder l’apparition et peut-être gagner du temps et une meilleure qualité de vie.

Les pensées négatives et le déclin cognitif sont liés, et apparaissent déjà plus fréquemment chez les personnes encore « jeunes » de 65 ou 67 ans qui ont déjà des problèmes de mémoire et d’orientation. Remédions à cela, créons des scénarios pour favoriser la socialisation et essayons de rendre la santé mentale proche d’eux afin de prévenir ces états le plus tôt possible.

Quitter la version mobile